Les violences conjugales se manifestent suivant six formes :

 

La violence verbale


Elle ne s’arrête pas aux cris et éclats de voix. Elle peut être exercée sur un ton doux, avec un timbre de voix habituel. Ce sont les mots utilisés, injurieux, menaçants, sarcastiques qui atteignent la victime.
"Il m'insulte, me dit que je suis bonne à rien, il menace de me tuer ; pourtant je fais tout pour qu'il soit heureux." Anne (LENS)

 

La violence verbale, c'est...
-Comparer la victime à une personne  atteinte de maladie mentale
-Dire à la victime qu'elle hallucine, qu'elle invente des histoires, qu'elle est folle.
-Inventer des choses sur une personne
-Dire à la victime qu'elle a besoin d'un psychiatre et qu'elle devrait aller se faire soigner
-Dire à la victime qu'elle va perdre ses enfants
-Dire à ses parents qu'ils vont se faire arrêter, que la PJ va débarquer, etc


La violence psychologique

 

Elle est la forme la plus répandue. Elle consume petit à petit la victime en lui faisant perdre confiance en elle et en ses capacités à se réaliser à ses yeux et aux yeux des autres. Elle peut l’entraîner à adopter des conduites additives pour palier à sa souffrance, à sombrer dans la dépression, à mettre fin à ses jours.
"Il m'a dit un jour que je n'étais pas digne d'être sa femme, d'être la mère de ses enfants. Souvent, lors de dîners avec ses amis, il me rabaisse soit sur ma manière de m'habiller ou de préparer le repas." Christine (LA MADELEINE)

 

La violence psychologique, c'est...
- Critiquer                                                                              

- Manipuler les gens
- Rabaisser                                                                            

- Humilier
- Accuser l'autre de tout et de rien                                

- Intimider
- Isoler quelqu'un                                                                  

- Traiter de noms
- Partir des rumeurs au sujet d'une personne          

- Rire d'une personne
- Insulter les gens sur ce qui est important pour eux (valeurs, religion, activités, intérêts, etc.)
- Punir l'autre en le boudant ou en ne  lui donnant plus d'affection              
- Dire à l'autre qu'il/elle n'est pas un(e) bon(ne) ami(e), chum, blonde

- Insulter la famille ou les ami(e)s  d'une personne                                         

 

La violence physique


Elle n’est pas, contrairement aux idées reçues et au mythe de la ″femme battue″, systématiquement présente dans les situations de violence conjugale.Elle est utilisée par l’agresseur lorsqu'il n'arrive plus à contrôler sa victime par des violences verbales et psychologiques.
"Ma collègue n'a pas cru que je m'étais pris la porte du salon. Je n'ai pas pu lui dire la vérité parce que j'ai honte et j'ai peur qu'on enlève mes enfants." Leïla (BETHUNE)

 

 La violence physique, c'est...

- Frapper                                                                  

- S'automutiler

- Pousser                                                                   

- Frapper sa tête dans le mur

- Tirer les cheveux                                                 

- S'arracher les cheveux

- Donner un coup de pied                                    

- Donner un coup de poing sur la table

- Donner un coup de poing/une claque           

- Claquer une porte

- Lancer un objet sur quelqu'un                        

- Donner un coup de pied sur un meuble
- Lancer un objet sur le plancher
- Frapper dans le mur

- Frapper un animal

 

La violence sexuelle


Elle est régulièrement présente, peu exprimée. Sa pratique prend des formes multiples (viols, rapports sous la contrainte, réalisation non consentie de fantasmes…) les victimes se sentent salies, dégradées, humiliées. La sexualité dans le couple encore associée au devoir conjugal ne facilite pas sa dénonciation.
"Il ne cessait de me dire qu'il m'aimait et les rapports sexuels alors que je dormais, me brutalisaient…" Claire (LILLE)


La violence économique

 

Elle dépossède la victime de toute autonomie financière ou au contraire l'auteur arrête de travailler pour être dépendant financièrement et culpabiliser d'autant plus la victime en cas de départ.
"Il contrôle toutes mes dépenses, me prive de tout… je ne travaille plus depuis 15 ans… par désespoir, j'ai dû prendre de l'argent sur le compte de ma fille... j'ai peur." Valérie (ARRAS)

 

 La violence économique, c'est...

-Voler                                                                

-Briser du matériel dispendieux
-Graffitis sur un mur privé                       

-Montrer une facture à quelqu'un méchamment
-Taxer une personne                                    

-Prendre la carte de crédit d'une autre personne sans son accord

 

La violence ″administrative″


Elle a pour objet de priver la victime de ses droits, de la bloquer dans les démarches qu'elle souhaite entreprendre,…

"Il m'a pris mon passeport, mon titre de séjour, le livret de famille… Il me dit que de toute façon je n'ai aucun droit en tant que femme en France… j'aimerai pourtant entamer des démarches…" Irina (LILLE).

 



Il n'y a aucun message pour le moment.

Laisser un message

CAPTCHA